Les galaxies en astronomie : Galaxie active - Modèle unifié - Conséquence



Voilà pour la structure du noyau des galaxies actives dans le modèle unifié. Comment celle-ci explique-t-elle les différents types observés ? Il s'agit simplement d'une conséquence de la présence d'une ceinture opaque autour du trou noir supermassif et de la position de la Terre par rapport à cette ceinture.

Lorsqu'un observateur terrestre se trouve dans le plan de la ceinture de gaz et de poussières, il ne peut pas voir le rayonnement des parties centrales. Le noyau est donc invisible et seuls apparaissent les jets de particules énergétiques et l'émission synchrotron associée : l'observateur voit une radiogalaxie. Au contraire, si l'observateur se trouve dans la direction de l'axe de rotation, il voit une source quasi-ponctuelle et des jets de matière parallèles à la ligne de visée : c'est un blazar.

Dans la situation intermédiaire, l'observateur aperçoit à la fois la partie centrale et les jets. Il s'agit alors d'un quasar ou d'une galaxie de Seyfert. La différence entre ces deux types est une question de puissance. Les galaxies de Seyfert sont probablement des versions modérées des quasars, avec une production d'énergie 100 fois plus faible.

Modèle unifié des galaxies actives
Le modèle unifié des galaxies actives : le type d'objet observé dépend de notre angle d'observation.

Le modèle unifié explique également la distinction entre les deux types de galaxies de Seyfert. Pour le type 1, la Terre se trouve près de la direction perpendiculaire au plan du système, ce qui nous permet de voir directement le noyau et tous les nuages qui l'entourent. Pour le type 2, la Terre se trouve près du plan et nous ne pouvons observer que les nuages lents à l'extérieur de la ceinture. La différence dans l'éclat du noyau vient donc simplement du fait que celui-ci est soit visible, soit caché.

Quant à l'aspect du spectre, il est également facile à comprendre. Pour les galaxies de type 1, nous voyons tous les nuages, rapides ou lents, donc à la fois des raies fines et larges. Par contre, pour celles de type 2, nous ne pouvons observer que les nuages externes, ceux qui tournent lentement et dont les raies sont plus fines.

L'un des points qui reste encore à éclaircir est la raison pour laquelle certaines galaxies actives émettent dans le domaine radio alors que d'autres y sont muettes. Quel est le processus qui empêche parfois les électrons d'émettre un rayonnement synchrotron ? Les observations ont montré que l'émission radio est liée au type de galaxie. Les sources radio se trouvent dans des galaxies elliptiques alors que les autres vivent dans des spirales, mais la nature physique du lien est loin d'être clair. De plus, l'influence d'autres facteurs, comme les propriétés du trou noir central ou de possibles interactions avec d'autres galaxies, restent encore largement à déterminer.



Auteur : Olivier Esslinger

Source : www.astronomes.com/index.html